Le guide pratique pour créer son site E-commerce

Dans cet article nous vous proposons une liste des outils indispensables by co-cto pour créer son site e-commerce. À chaque étape il est important d’avoir les bonnes ressources sous la main. Avec cette liste vous serez en mesure de réaliser un site e-commerce de A à Z sans compétences de codage particulière. C’est partit !

1. Configurer son nom de domaine.

Les hébergeurs populaires en France

L’intérêt est de faire correspondre les noms de domaines (que nous voyons) et les adresses IP des serveurs (que les ordinateurs voient). Le nom de domaine, c’est comme une enseigne numérique : il représente votre activité avec un nom qui lui correspond. C’est un élément fondamental de votre identité virtuelle. Il permet d’accéder à votre site et aussi de créer une adresse email professionnelle.

La première chose à faire lorsque vous voulez créer un site c’est donc de le configurer. C’est-à-dire d’acquérir la propriété du titre de votre site en le faisant héberger. Pour ce faire 2 solutions s’offrent à vous :

  • Acheter un nom de domaine du type OVH, Ionos, ou O2 switch pour les plus connus. Votre nom de domaine sera hébergé sur leurs serveurs mais c’est à vous que reviens de le configurer (moins cher). C’est une manipulation qui reste relativement simple même pour les plus novices. Il faut sélectionner l’offre qui vous convient, choisir un nom de domaine disponible et l’acheter.
  • Héberger son nom de domaine via le CMS (content management system) que vous allez utiliser pour créer votre site internet. C’est plus facile à configurer mais vous payerez plus cher. En effet en optant pour cette option vous laissez la main aux CMS pour gérer votre hébergement sur leurs serveurs.

2. Choix technologiques

Il s’agit de savoir quels CMS vous allez utiliser pour créer votre site internet. Les CMS sont des outils dits « low-code/no-code » car les bases du site sont déja là ce qui vous permet de construire rapidement votre site web simplement en choisissant un modèle et en ajoutant votre contenu. À l’inverse vous pouvez faire appel à un développeur pour monter votre site de zéro.

Tous les CMS ne sont pas forcément adaptés pour de l’e-commerce. Voici une liste des CMS les plus populaires pour créer un e-commerce :

  • WordPress avec plugin Woocommerce : plug-in gratuit à télécharger depuis votre interface WordPress. Le logiciel est open-source est facile à prendre en main. La personnalisation des pages produits est poussée ce qui vous permet de faire des descriptions complète Woocommerce propose sa propre solution de paiement qui permet aux clients d’acheter directement sur votre boutique en ligne, sans être redirigés vers un service de paiement externe.
  • Shopify : solution adaptée pour débuter dans l’e-commerce et vendre facilement quelques produits en personnalisant un thème moyennant un abonnement relativement peu cher. Shopify vous offre un large choix de thème personnalisable adapté aux types de niche sur lesquelles vous êtes positionné.
  • Prestashop : logiciel français open source assez complet avec une interface intuitive. Il est gratuit, sans abonnement et sans commission sur les ventes (contrairement à Shopify). Un grand nombre de modules sont disponibles pour enrichir les fonctionnalités. Cependant la partie maintenance et support technique nécessite quelques compétences difficilement maîtrisables pour les novices, et donc engendrerait un certain coût.
  • Magento : un autre logiciel open source qui est surement le plus complet du marché. Ultra personnalisable, pléthore de fonctionnalités, templates adaptés aux secteurs d’activités et surtout optimisé pour les moteurs de recherche. L’inconvénient c’est qu’il est difficile à prendre en main. Des compétences en programmation sont nécessaires pour exploiter la solution complètement.

3. L’étape de la conception

La conception de votre site internet ne sera pas la même si vous avez beaucoup de produits à vendre que si vous vendez 2 ou 3 produits. Pour un site avec un grand catalogue l’ajout de produit à la main sera long et fastidieux. Le plus simple sera d’automatiser la création des fiches produits et la description de ces dernières. Une boutique généraliste ne se construit pas de la même manière qu’une boutique de niche ou monoproduit. La structure ne se présente pas tout à fait de la même façon : pour un large catalogue on optera pour un menu déroulant faisant apparaître l’ensemble des catégories de produits ou des collections. Pour un site de niche ou monoproduit on aura plutôt tendance à mettre un slider en haut de la page d’accueil avec des photos du produit en vogue.

Peu importe le CMS que vous choisissez, ils proposent tous des templates adaptés aux deux types de site.

Grâce à certains outils d’automatisation comme Airtable vous pouvez lier vos stocks au site pour afficher les quantités en temps réel.

Voici une liste des choses à faire et comment bien les faire :

  • Visuels de produits : vous pouvez prendre des belles photos de produits créatives soit avec votre téléphone si il est moderne, soit avec un vrai appareil photo si vous en possédez un. Veillez à prendre des photos sous plusieurs angles et à montrer vos produits en cours d’utilisation, si possible (UGC content = type de visuel qui converti beaucoup mieux qu’un visuel classique)
  • Descriptions des produits : vous devez créer d’excellentes descriptions de produits qui couvrent tous les détails. Indiquez la taille, le poids et le matériau de chaque produit que vous vendez et ajoutez des réponses aux questions fréquemment posées. Utilisez des mots-clés dans les titres et les descriptions de produits lorsque cela est nécessaire pour être un minimum référencé sur les moteurs de recherche.
  • Prix des produits : sur la plupart des CMS vous aurez la possibilité d’avoir des options de tarification par article et par groupe, ainsi que des prix de vente et de remise. N’hésitez pas à jouer sur la quantité limitée de certains produits pour amener un sentiment d’urgence chez l’utilisateur.
  • Options du produit : vous devez impérativement créer vos propres options de produits : taille, poids, couleur, pack..

Sur la forme vous devez vous mettre à la place d’un utilisateur : son expérience est primordiale. Facilitez lui les choses, son parcours doit être simple et fluide. Vérifiez la vitesse de chargement (doit être < 3 secondes) et n’ayez pas peut de mettre des call to action à chaque scroll de l’écran.

4. Taxes, frais & livraison

Vous pouvez paramétrer l’expédition pour automatiser le processus d’exécution des commandes. Vous pouvez sélectionner les transporteurs, les méthodes d’expédition, les tarifs d’expéditions en fonction des zones (France, UE, international), imprimer des étiquettes et informer automatiquement les clients de l’expédition de leurs commandes avec des e-mails personnalisés.

Une fois que votre expédition est configurée, vous pouvez créer des tarifs d’expédition pour facturer les frais de port à vos clients. Vous pouvez personnaliser ces tarifs par exemple si un client achète pour 50€, la livraison sera gratuite pour lui.

Évitez d’afficher des frais de livraison avant la page de panier et paiement car c’est souvent dans ces cas la qu’un utilisateur passera son chemin et n’ira pas plus loin dans le tunnel de conversion.

5. Les passerelles de paiements

Page d’accueil Stripe

Les passerelles de paiements redirigent vos utilisateurs vers le passage en caisse pour pouvoir payer de façon sécurisée.

Il existe plusieurs passerelles de paiements mais la plus fiable et connue est Stripe. Comme pour les autres fournisseurs de checkout il vous faudra vous inscrire sur la plateforme, renseigner quelques informations notamment sur ce que vous vendez, en combien de temps, pour quels types de personnes etc.. Une fois terminé Stripe examinera votre demande. Si votre demande est acceptée vous pourrez disposer du paiement par carte bleu sur votre site web.

De plus Stripe vous permet de suivre les paiements en cours avec de nombreuses statistiques sur les ventes, les clients, les erreurs de paiements etc..

Si vous essuyer un refus il vous faudra vous tourner vers d’autres alternatives comme Mollie ou Payplug (solution française).

N’oubliez pas de créer un compte Paypal et de l’ajouter comme passerelle de paiement. Aujourd’hui une personne sur deux qui fait un achat en ligne utilise Paypal, s’en passer serait donc un gros manque à gagner. Par contre il vous faudra être irréprochable avec la livraison, car en cas de litige, l’entreprise de paiement américaine ne fait pas de cadeau et peut bloquer vos fonds pendant de longues périodes.

Si vous en avez la possibilité et souhaitez en faire usage vous pouvez indiquer d’autres moyens de paiement comme Apple par exemple.

6. Quid du trafic ?

Une fois votre site terminé, bien testé et configuré, comment amener des visiteurs dessus ?

Plusieurs options s’offrent à vous, que nous pourrons classer en deux catégories :

  • Payantes : publicités sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Tiktok..), SEA (publicité sur les moteurs de recherche), marketing d’influence (publicité via des influenceurs), publicité display, publicité native (Taboola..), radio, télévision, print….
  • Gratuites : SEO (référencement naturel), création de contenu sur les réseaux sociaux pour créer une communauté de personne engagée envers votre marque ou à votre entreprise, monter une audience sur les réseaux (page Facebook, compte Instagram, profil Linkedin, chaine Youtube, podcast….)

Partagez cet article

Pour aller plus loin